Toréer à "campo abierto" est l'acte tauromachique le plus libre, le plus égoïste, le plus personnel et, de fait, le plus proche de l'essence même de l'art, de l'artiste et de sa création ... à l'image peut être de la culture du graffiti qui sort l'art des milieux protégés, convenus et réservés `a quelques initiés pour se donner à voir dans la rue... (à ce propos Victorino Martin, lors d'une conférence à "Las Ventas" pour le 75ème anniversaire des arènes de´clara : "la corrida viene del pueblo y deberia regresar al pueblo").

 

Rafael y José sur les murs... la bouteille à moitié vide ou à moitié pleine, c'est selon...

 

A moitié vide parcequ'ils m'ont fait penser aux carcasses de ces voitures de rêves adulées à une époque et désormais pourrissantes comme le sera un jour la tauromachie...

A moitié vide car comme des chroniques d'une nostalgie annoncées... , des supports à des "tu te rappelles ?" et à des esquisses de sourires lèvres pincées en hochant la tête...

A moitié vide parce que ce crépon noir avec l'inscription "No pasa nada" ne me laisse rien augurer de bon...

 

Je me suis demandé ce qui pouvait traverser la tête d'un "viejecito" sévillan se promenant seul et distinguant sur un mur, dépassant des herbes folles, la silhouette de Rafael El Gallo... un passé qui lui saute à la gueule... "de puta madre"...

 

A moitié pleine parce que ce même "viejecito" se dira peut être que ça fait des années qu'il passe par là... mais que là, hier, il n'y avait rien... et que donc, dans la nuit, quelqu'un est venu peindre "El Gallo" sur ce putain de mur... plus loin, "igual con José Tomás"... alors il rentrera chez lui en se disant que tout ça est encore bien vivant... et lui avec... "y a los amigos les podra contar que esta tarde en Sevilla, dando un paseo, ha encontrado a los maestros Rafael El Gallo y José Tomás"... et demain il les trainera avec lui parce qu'évidement ils ne l'auront pas cru...

A moitié pleine, parcequ'un jeune plasticien s'empare de la tauromachie, la remet sur les murs des villes par l'entremise de ces toreros libres parce qu'à "campo abierto", mais sacrés parce qu'en habit de lumière, qui viennent revendiquer leur existence et celle de leur art à un moment ou l'on voudrait laver les murs de l'Espagne du sang des toros dans des amalgames philosophiques, historiques et politiques tandencieux...

 

Eric Lasbats

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       Vidéos :   " Octobre 2009 "       04:10

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          " 10 mai 2010 "        03:22

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          " 24 juillet 2010 "      01:41

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          " 13 avril 2012 "        02:52

    

 

 

1/1